^

Jean-Louis BEC

"Natures cachées"

« Natures cachées » est une lecture sensible et intimiste de la Nature qui s’appuie sur une volonté de révéler les forces et les langages sous-jacents présents entre l’eau, les roches, la terre, les paysages…  et bien sûr chez et entre les  plantes et les animaux.
Elle permet, en particulier, de s’intéresser aux ressemblances et aux correspondances entre leurs structures et leurs formes en mettant en évidence leurs particularités, leurs similitudes et puise aussi bien dans le courant épistémologique de la « complexité » que dans les racines de la pensée animiste pour rendre compte de leur unité.
Par complémentarité et effet symétrique certaines séries posent le problème de notre perception. Que voyons-nous exactement, quelle interprétation nos sens, notre mémoire, nos connaissances nous donnent-ils du monde, de ses formes, de ses relations et de ses messages? Notre vue, par exemple, est-elle vision ou un sens dépourvu de sens?

Galeries

Pour accéder aux livrets version Calaméo de ces séries photographiques suivre les liens ci-dessous.

Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec

Travaux en cours, expériences :

La réalisation des séries se construit  autour d’un blog et de son organisation :
Cela impose de conserver  une fréquence relativement stable des publications et de varier le contenu des articles. Ainsi plusieurs séries de photographies se sont et sont encore développées en parallèle. Se retrouvent ainsi en ligne des travaux en cours, des tentatives et expériences multiples. Certains sont par la suite abandonnés, effacés, d’autres aboutissent à des ensembles d’images finalisés qui sont publiés sous forme de livrets avec texte de présentation et parfois quelques clins d’oeil poétiques (voir l’ensemble des galeries).
Si ce mode de fonctionnement ralentit dans un premier temps la fréquence des expositions des séries dans leur intégralité, leur achèvement  permet par la suite leur diffusion sur d’autres supports qu’internet.

Quelques expositions récentes issues de « Natures cachées »

2014- Galerie Negpos, Nîmes.
2013- Evènement « D’abord les forêts opus 4 », La Maison Laurentine, Aubepierre-sur-Aube.
2012- Evènement « D’abord les forêts opus 3 », La Maison Laurentine, Aubepierre-sur-Aube.
2011- Evènement « D’abord les forêts opus 2 », La Maison Laurentine, Aubepierre-sur-Aube.
2011- Festival Nature 2011, Parc National des Cévennes, Le Vigan.
2010- 2e Mois de la Photographie en Lorraine, Apremont-la-Forêt.
2010- 16ème Biennale Internationale de l’Image, Nancy.
2010- Salon de Photographie « Hotel en vues », Hotel Le Cheval Blanc, Nîmes.
2009- Printemps Photographique, projection à la galerie Negpos, Nîmes.
2009- Museum d’Histoire Naturelle, Printemps photographique, Nîmes.

Quelques publications dans des revues en ligne ou dans des revues imprimées :

Texte et photographies dans le Bulletin n°6 des Carnets d’Eucharis de Nathalie Riera.
Textes et photographies dans le magazine Autour Des Auteurs du Languedoc-Roussillon.
magazine_n03 / magazine_n16 / magazine_n27 / magazine_n33
Photographies dans « Passer outre », volume de la revue de poésie Filigrane, 2011.
Photographies dans le volume « Nature ART Today, II », Editions Patou, 2014.

"Images Prises Aux Mots"

« Images prises aux mots » s’est développé à travers la démarche suivante :
A une image est souvent associé un texte court, poème ou courte nouvelle. Une architecture bidimensionnelle qui, en articulant une face photographique et un profil de mots, définit un nouvel espace dans lequel la photographie n’a pas la vocation d’illustrer le texte comme le texte n’est pas réellement là pour commenter la photographie. L’objectif serait plutôt de réaliser une traversée réciproque du texte par l’image comme de l’image par le texte au sens qu’a donné à ce terme Hubert Damish.

La publication suit en temps réel la création par l’intermédiaire d’un blog et répond donc aux exigences de ce nouveau support : éveiller et maintenir l’intérêt du spectateur par la régularité des publications, la pluralité des sujets abordés en parallèle, la relative concision de la partie écrite et une diversité des types d’image et d’écriture. D’où une certaine primeur donnée à la spontanéité de la création. Au niveau du blog, le rythme de publication représente donc le rythme direct de création (avec date affichée).

Chaque image est extraite de ma banque d’image. Chaque image est choisie. Doublement choisie dans son histoire. Choix premier succédant à sa réalisation lors de la prise de vue, choix ensuite pour répondre à sa publication sur le blog. Ce dernier choix suppose une redécouverte de l’image, un deuxième lever de rideau, une plongée pour elle dans le monde des vivants où elle peut s’exprimer, jouer les chefs de file.
Ce choix se détermine je ne sais réellement pas à partir de quoi. Il se précise et s’impose à un moment donné, à un moment qui m’est donné : la photo possède un indice particulier, une esthétique mobilisatrice devant le regard de la découverte; elle établit une résonnance efficace avec l’état d’esprit du moment, l’envie, l’humeur, ma perméabilité latente à un type d’image, d’émotions, de réflexion. Dans tous les cas, elle encourage la tentative d’une recherche de mots.

Le spectateur en moi semble alors s’imposer sans réelle considération pour le photographe. Mais peut-être l’image choisie est-elle une image que ce dernier n’a pu réellement oublier depuis la prise de vue; une image qui aurait cheminé en souterraine pour s’imposer d’un coup après peut-être des années de silence, comme ces insectes qui apparaissent soudainement en surface après un séjour sous la terre. Elle apparaît, réapparaît.
A qui s’adresse alors cette image?  A un moi ancien, celui qui a vu, déclenché, ou à un moi nouveau et différent qui retravaille par les mots le caché de la perception, découvre sans redécouvrir?
Un moi nouveau qui se rajoute au premier en surimpression. Un moi ancien revitalisé qui se secoue en secouant l’image?
Dans tous les cas, deux facettes, deux langages, une plus réflexive que l’autre, une plus émotionnelle que l’autre? La picturale plus émotionnelle, l’écrite plus réflexive?
L’antériorité de l’image ne permet pas d’affirmer de telles caractéristiques.
Le texte peut être réflexif comme profondément intuitif. D’ailleurs, que signifierait réellement réflexif dans ce contexte? Une lecture  métaphorique de l’image, symbolique, une généralisation et un point de départ vers l’abstraction, une identification de concepts d’après indices visuels? En partie, comme en partie aussi le travail mental basé librement sur le cheminement des associations mentales.

Simplement il me semble que l’ajout d’un texte à une image tient de la volonté d’approfondir le sujet traité visuellement. Sans que cet approfondissement tienne de l’explication, du commentaire orienté, de la clarification. Il est une précision, une connotation (Roland Barthes), un élément d’un dialogue entre moi et moi, un retour sur soi (c’est seulement en ce sens que le mot réflexif convient), une tentative volontaire d’autoappropriation de soi-même.
L’image ne me suffirait pas. Le texte ne me suffirait pas. Les moi s’affrontent sans se détruire, se complètent sans s’exclure, se dynamisent sans se neutraliser pour tenter de se construire et faire construire un complexe image-texte au sens parfois refermé, parfois élargi comme une sorte de concrétisation d’une abstraction indéfinissable…

Mon profil droit est légèrement différent de mon profil gauche. Ceci s’illustre de bien des façons. Le blog n’est qu’un exemple de ma dualité, de ma pluralité. Une pluralité complexifiée par la construction kaléidoscopique du blog où chaque article est unique et se trouve coupé des autres articles, même si a posteriori des séries peuvent se construire.

« Images prises aux mots » aborde préférentiellement des sujets appartenant au paysage urbain, à la street photography, aux voyages et aux paysages intérieurs.

Travaux en cours, expériences :

Galeries

Pour accéder aux livrets version Calaméo de ces séries photographiques suivre les liens ci-dessous.

- Paysages, rencontres avec la Nature

Jean-Louis Bec Jean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis Bec

- Paysages urbains

Jean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis BecJean-Louis Bec

- Street photography et assimilée

Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec Jean-Louis Bec

- Mémoire

Jean-Louis Bec

Quelques expositions récentes issues de « Images Prises aux Mots »

2014-  projection à la galerie Negpos (Nîmes) lors de la  performance « Nuit » de la chorégraphe et musicienne RouBina. www.vooa.org
2013- Exposition collective «Villes en mutation », Musée de la Fondation Abderhaman Slaoui, Casablanca, Maroc.
2013- Médiathèque Albert Camus, Montpellier.
2012- Exposition collective « Œuvres noires », ARPAC, Castelnau-Le-Lez.
2011- Médiathèque Simone Veil, Marguerittes.
2010- Exposition collective « Regards sur la ville 2010 » galerie Negpos) Nîmes.
2010- Exposition collective « à partir de… » Art-connexion,, Médiathèque Lucie Aubrac, Ganges.
2009- Exposition collective « Regards sur la Ville 2009 », Negpos, Galerie de la Salamandre, Nîmes.
2009- Exposition  collective«  à partir de… » ART-connexion, Médiathèque Lucie Aubrac, Ganges.
2009- Exposition  collective«  à partir de… » ART-connexion,  Eglise St Pierre, Tulle.
2008- Exposition collective « Regards sur la Ville 2008 », Negpos, Galerie de la Salamandre, Nîmes.

Quelques publications dans des revues en ligne ou dans des revues imprimées :

Textes et photographies dans la Revue d’art et de poésie Chos’e N°5.
Textes et photographies dans le magazine Autour Des Auteurs du Languedoc-Roussillon.
magazine_n03 / magazine_n16 / magazine_n27 / magazine_n33

 

"De la photographie à la pensée"

« De la photographie à la pensée » est une petite revue bibliographique, modeste et brouillonne, axée sur la photographie. Elle se compose de mots, de citations, d’extraits de textes d'auteurs traitant de la photographie ou de toute autre discipline pouvant se rapporter de loin ou de près à la photographie.
Elle se présente sous forme d’un blog organisé en divers points de repère et rubriques, qui sont toujours susceptibles d’être modifiés, complétés.

·  - art et photographie
·  - droit et photographie
·  - économie et photographie
·  - fiction, récit et photographie
·  - hasard et photographie
·  - langage et photographie
·  - lecture de photographies
·  - mémoire, temps et photographie
·  - montage photographique
·  - paysage
·  - photographie analogique et numérique (processus, différence)
·  - perception, vision et photographie
·  - photographie du XIXème
·  - photographie du XXème et contemporaine
·  - photographie objective et subjective
·  - portrait photographique
·  - psychologie du photographe
·  - sciences de la photographie
·  - société et photographie
·  - texte et photographie

L’ensemble de ces connaissances et réflexions bibliographiques, servent de guide pour réaliser, en collaboration avec l’association Negpos (galerie, création d’évènements, groupe de recherche, formation…) à Nîmes,
- des conférences sur l’Histoire de la Photographie
en 2011, 2012, 2013, 2014 : d’abord à la galerie Negpos puis au Carré d’art de Nîmes, en collaboration avec l’A.A.M.A.C. (Association des Amis du Musée d’Art Contemporain).
Sujets traités : le paysage du XIXème siècle ; le paysage du XXème siècle ; le portrait de 1840 à 1950 ; le portrait de 1950 aux années 2000 ; l’autoportrait.

- des lectures de portfolios, des critiques de récits photographiques sur les festivals : Les Boutographies (Montpellier) et Les Voies off d’Arles depuis 2009.

- des ateliers axés sur la lecture de photographies et l’élaboration de scénarios à partir d’images, depuis 2012.